Aucun produit dans le panier

Home / Actualités / Yann Queffelec NONO et laurence Moal chez Lenn Ha Dilenn

Yann Queffelec NONO et laurence Moal chez Lenn Ha Dilenn

Les trois dernières dédicaces de l’année : Yann Queffelec, NONO et laurence Moal chez Lenn Ha Dilenn

  Laurence MoalYann QueffélecNono

SAMEDI 19 DECEMBRE   de 10h30 à 12h30
L’historienne
LAURENCE MOAL
dédicacera
Du Guesclin
  –  Images et histoire
(Presses universitaires de Rennes)

Loin d’être de simples représentations, les images de du Guesclin permettent de mesurer

la manière dont évolue la perception du personnage à travers les siècles et comment se

construit un imaginaire collectif. À travers la glorification ou le rejet de du Guesclin, que

montre-t-on de la société, des valeurs du temps ? Véritable passerelle entre art, patrimoine

et histoire, ces images portent la signature d’une époque et d’une mentalité. Elles révèlent

finalement l’extraordinaire modernité du Moyen Âge.

SAMEDI 19/12 après-midi à partir de 15h30 nous recevons

                            YANN QUEFFELEC

pour les deux livres :

                            L’homme de ma vie (Paulsen Ed.)

Raconter l’enfance et les relations qui lient (ou délient) un fils avec son père, n’est pas une démarche anodine.

Pas étonnant alors que Yann Quéffélec renoue ici avec le meilleur.

                   Dictionnaire amoureux illustré de la Bretagne  (Ed. Grund)
De l’Aber-Ildut, son village familial, à tous ces hauts-fonds sur lesquels il a failli plus d’une fois déchirer ses bateaux, de Bécassine à la tante Sabote, Yann Queffélec, Armoricain pure souche, évoque une Bretagne tout à la fois mythique et bien réelle, c’est-à-dire éternelle.
« Ma Bretagne est d’Armor, le pays dans la mer. Elle est d’Armor, elle est d’Argoat – mer et forêts –, arrimée par l’ouest à ses destinées atlantiques, et par l’est à la pointe aiguë du socle européen.
On y allait en train quand j’étais enfant. Le Paris-Brest à vapeur des années 50, la moleskine olivâtre du compartiment pour huit, les oeufs durs écalés sur les genoux, neuf heures de rail sans voir la mer ou si peu vers Saint-Brieuc.
Ma Bretagne est d’abord le pays des miens. Ma mère, Yvonne, la première à me bercer de chansons marines et d’histoires. Mon père, Henri Queffélec, l’homme et l’écrivain que j’ai le plus admiré, le bel indifférent aux yeux d’horizon.
Entre nous, l’Armor est mon pays usuel, mon pays définitif, j’y naîtrai toujours. »
Yann Queffélec

 

DIMANCHE 20/12  à partir de 15h

le dessinateur  NONO

pour les trois livres parus aux éditions Dialogues :

Je te dessine, Liberté 

Nécessité sociale, politique, citoyenne, le dessin de presse dérange les intégrismes de tous bords. Dans Je te dessine, Liberté, Nono, dessinateur, caricaturiste irrévérencieux et talentueux du Télégramme, nous propose de revivre avec lui l’année 2015. Son regard est tendre mais son trait piquant. Il rend hommage à ses amis disparus, ses parrains, sans qui il se sent orphelin. Ceux pour qui il continuera de dessiner, en caricaturiste. 2015, une fois encore, nous a offert son lot de folie, d’absurdité, de drame, de poésie. Avec humour et espièglerie, Nono en a chatouillé l’actualité et ceux qui la font. Composé de dessins publiés dans Le Télégramme, Le Peuple breton, sur Paris Breizh Media, d’inédits, de refusés, d’impubliables, Je te dessine, Liberté nous offre le meilleur de Nono en 2015.

Canard à l’Armoricaine

NONO retrouve ici son complice René Pérez avec qui il a cosigné, dans Le Télégramme, quelques dossiers débordant de drôlerie sur la Bretagne et les Bretons.

Pendant près de quatre décennies, René Perez a été une plume du Télégramme et un observateur attentif de la vie politique bretonne. Mais ici, il change de registre pour nous faire pénétrer dans les coulisses de la presse régionale bretonne qui figure parmi les meilleures de France. De l’imprimerie au plomb qu’il a brièvement connue au tsunami internet qui vient tout bouleverser, il nous entraîne dans une balade amoureuse de son métier et de cette concurrence quotidienne et stimulante qui, sur le terrain, oppose les équipes de Ouest-France et du Télégramme alors que les situations de monopole de presse régionale se multiplient dans l’Hexagone. Fidèle à son style jubilatoire, René Perez nous livre de nombreuses anecdotes cocasses dans le sillage de Nicolas Sarkozy, François Hollande, Olivier de Kersauson, Sylvester Stallone et bien d’autres.

Une mer de famille

Ce livre écrit par Gilles Martin-Chauffier dans la collection « Petite carrée » permet d’apprécier Nono l’aquarelliste

« On dirait que les vagues lèchent les îles comme de longues lèvres blanches et douces. Aussi pâle qu’une mousse ensoleillée, leur écume ressemble à la sueur des amoureux. À l’aube, au soleil levant, sous la caresse de la brise, l’eau ondule et scintille comme une flaque de mercure. L’été, il ne fait pas trop chaud. L’hiver, le froid n’est pas chez lui et ne s’installe pas. Au fond, on n’a que deux saisons : un merveilleux printemps et un long automne tout en douceur. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X