Aucun produit dans le panier

  • oscar wild (ainsi parlait)

Ainsi parlait Oscar Wilde

0 reviews
0 sur 5

13,00 €

Histoire de vie d’Oscar wilde

Ainsi parlait Oscar Wilde – Dits et maximes de vie

Le livre  » Ainsi parlait Oscar Wilde  » est composé de Dits et maximes de vie choisis et traduits de l’anglais par Gérard Pfister.

Les bons mots célèbres de Wilde lui valent une réputation de mondain. C’est l’un de ses masques, il en a bien d’autres : « En art, note-t-il, est vérité ce dont le contradictoire est également vrai. » L’artiste est celui qui, prenant le risque d’assumer ses identités multiples, est le plus créatif et le plus vrai : « Je traitai l’Art comme la réalité suprême, et la vie comme une simple modalité de la fiction ; j’éveillai à tel point l’imagination de mon siècle qu’il créa autour de moi un mythe et une légende. » L’Art comme réalité suprême. L’artiste comme mythe et légende vivante, créés par son propre génie : Salvador Dali, Andy Warhol, David Bowie. Wilde inventeur de la modernité.

Mais aussi Wilde l’Irlandais, autonomiste acharné, proclamant : « Je ne suis pas anglais. Je suis Irlandais, ce qui est tout autre chose. » C’est par son ressentiment et son mépris à l’égard de la société anglaise qu’il faut comprendre ses outrances et provocations. Il se voit comme David contre Goliath : car « l’exil a été pour les Irlandais ce que la captivité a été pour les Juifs. »

Contre les Anglais, Wilde a d’autres alliés : les Grecs : « Nous sommes une nation de brillants ratés, mais les plus grands causeurs depuis les Grecs. » Dès le collège, il lit à livre ouvert Homère et Eschyle. À Oxford il excelle dans les humanités classiques. Sa croisade sera d’imposer aux Anglais un « nouvel Hellénisme ». Écoutons Yeats : « Je vois dans sa vie et dans ses œuvres une extravagante croisade celtique contre la stupidité anglo-saxonne. » C’est ce Wilde-là que l’on découvrira dans ce livre : courageux, génial et drôle.

Après trois philosophes (Sénèque, Lulle et Paracelse), trois écrivains (Shakespeare, Dickinson et Novalis) et deux maîtres spirituels (Eckhart et Thérèse d’Avila), ce neuvième volume de la collection « Ainsi parlait » est consacré à un personnage clef de la culture moderne, Oscar Wilde (1854-1900).

Oscar Wilde est né à Dublin en 1854. Il fréquente la Portora Royal School, l’« Eton irlandais », puis le prestigieux Trinity College de Dublin où il excelle déjà en latin et en grec. Admis à Oxford, il en sort avec les résultats exceptionnels.

En 1881, il publie un recueil titré Poems. Déjà célèbre pour ses excentricités, il donne en 1882 une série une série de conférences sur l’esthétique aux États-Unis.

Début 1883, il séjourne à Paris. Il se marie en mai 1884 et aura deux fils. En 1890 paraît Le Portrait de Dorian Gray qui fait scandale. L’année suivante, il rencontre Lord Alfred Douglas. En 1895, L’Importance d’être Constant marque l’apogée de sa carrière théâtrale.

Cédant à une provocation du père de Douglas, il l’attaque pour diffamation. Débouté et poursuivi à son tour, il est condamné en mai 1895 à deux ans de travaux forcés pour homosexualité. Sa femme se réfugie en Suisse. Après sa libération, Wilde part pour les environs de Dieppe.

Lorsqu’il retrouve Douglas, sa femme lui coupe les vivres, il tombe dans la misère. Il meurt à Paris en 1900. Inhumé à Bagneux, son corps sera transféré en 1909 au Père-Lachaise.

X