Aucun produit dans le panier

  • Ethiopie Sidamo – Café Félix
  • Ethiopie Sidamo – Café Félix
  • Ethiopie Sidamo – Café Félix 1
 Épuisé ! 
  • Ethiopie Sidamo – Café Félix
  • Ethiopie Sidamo – Café Félix
  • Ethiopie Sidamo – Café Félix 1

Ethiopie Sidamo – Café Félix

0 reviews
0 sur 5

5,10 €

Produit épuisé

Ethiopie Sidamo – Café Félix

Situés au Sud de l’Ethiopie, les hauts plateaux de la région de Sidamo abritent les parcelles de ce cru Éthiopien cultivé sous un ombrage permanent et protecteur. Les terres volcaniques du rift africain lui apportent son caractère si particulier.

Des cafés sublimes au goût unique et exquis!

Berceau du café, l’Ethiopie cultive exclusivement l’espèce botanique « Arabica » à des altitudes situées entre 1500 et 2300 mètres au dessus du niveau de la mer. Plus le café est cultivé dans les hauts plateaux, meilleure est la qualité organoleptique du grain torréfié, notamment en terme de vivacité.

On appelle les cafés éthiopiens « les cafés Moka » car ils étaient autrefois exportés depuis le Port de Mocha au Yémen, dans la péninsule arabique. On compte plusieurs types de moka.

Avec 400 000 hectares de zones cultivées, le café occupe encore une place centrale dans l’économie Ethiopienne, notamment concernant les devises. Le pays est le 5ème producteur et le dixième exportateur mondial. 60% de la production est exportée, soit 172 000 tonnes/an.

Les caféiers sont cultivés : sous ombrages forestiers naturels (15%), semi forestier (35%), en association avec d’autres cultures (35%) ou encore en plantation intensive (15%). 80 % des cafés sont des cafés dits « naturels » car ils sont traités par voie sèche et le restant, soit 20 % des cafés sont dits « lavés ». Il y a un vrai potentiel pour l’évolution de la filière, notamment avec des stations de lavage.
La quasi-totalité des producteurs n’utilise pas d’intrant chimique. Le café éthiopien pourrait être reconnu comme biologique mais le pays n’a pas mis en place la certification car sans doute trop coûteuse.

Le Saviez-vous ?

La légende prétend que c’est un berger (répondant au nom de Kaldi) qui a découvert les vertus excitantes du café lorsqu’une de ses chèvres s’est mise à faire des bonds après avoir mangé quelques graines… L’usage et la culture furent diffusés par les moines pour se maintenir éveillés pendant les longs offices nocturnes. Dès le XVe siècle, un grand maître des Soufis, Ali ben Omar Al-schadli, crée le port de Moka. Pendant longtemps, l’Ethiopie garde le monopole du marché. Au IXe siècle, ce pays commercialise déjà des cafés spéciaux du Moka d’Harrar classés de type grade 1 et 2, vers Londres, Marseille, New York et Trieste.

Site vitrine réservé aux professionnels (prix publics TTC) - demande d'accès sur le site pro => pro.capbrittany.com Tel : 02 57 21 74 54

X