Aucun produit dans le panier

  • Gueule-cassé-lom-ar-geol-Yvon-Ollivier

Gueule cassée – Lom ar geol – Yvon Ollivier

0 reviews
0 sur 5

13,00 €

-RESUME-
Gueule cassée – Lom ar geol – Yvon Ollivier

En confession avec le recteur de Dineol, un paysan breton défiguré -une gueule cassée-dans la grande guerre repasse le fil de sa vie, son grand amour, son histoire tragique jusqu’à son retour au pays. Fortement traumatisé, Lom ar geol a renoncé à retrouver sa femme et sa fille qui le croient disparu à la grande guerre, préférant s’installer non loin d’eux dans une ferme à l’ombre du Menez-hom. Il lui est impossible d’affronter le visage de son épouse qu’il aime passionnément. Celle-ci a d’ailleurs refait sa vie avec son ami d’enfance . La souffrance est si forte, qu’il se réfugie dans une sorte de dépersonnalisation protectrice. Yann Gouritain est devenu Lom ar geol, (Guillaume la gueule ) nom d’emprunt qu’il s’est choisi à son retour au pays. Cet état second lui a ouvert les yeux sur le phénomène de déculturation que connaît la Bretagne rurale sous les coups de boutoir de la pensée bourgeoise. C’est tout une civilisation chargée de valeurs et de sens qui s’évanouit peu à peu devant ses yeux. Le recteur incarne la Bretagne de l’obéissance tandis que Lom ne songe qu’à bousculer toutes les formes de domination qu’il sait déceler.
Ceci est une histoire d’amour qui touche au plus sensible de notre histoire commune. Quelle famille n’a pas été atteinte par cette catastrophe humaine ? C’est aussi un regard breton sur la Grande Guerre .
Par la « bouche » de Lom, l’auteur nous fait part de ses réflexions sur la déculturation, le rejet de l’autre, les rapports entre le Droit et l’Homme tout ce que subissent la Bretagne et les Bretons face un état centralisateur, destructeur des différences et du respect de l’autre.

Ce livre est le versant romanesque de l’essai publié en 2012 par l’auteur aux éditions de l’Harmattan : « La désunion française, essai sur l’altérité au sein de la République » qui a nourri le débat sur les méfaits du jacobinisme et de la négation des droits culturels des Bretons.

Yvon Ollivier est magistrat. Il est membre de l’Institut culturel de Bretagne

X