Aucun produit dans le panier

  • La mémoire des landes de Bretagne – FRANCOIS DE BEAULIEU

La mémoire des landes de Bretagne – FRANCOIS DE BEAULIEU

0 reviews
0 sur 5

35,00 €

La mémoire des landes de Bretagne:

Rien de plus méconnu que les landes.

Leur terrible régression n’a guère mobilisé les Bretons qui avaient trop entendu que les landes étaient à l’image de la misère à laquelle ils voulaient tourner le dos.

Pourtant les landes furent pendant près de huit siècles au cœur d’une agriculture inventive, généreuse et particulièrement durable.

Il n’existait pas un livre vraiment consacré à cet élément essentiel de l’identité paysagère et culturelle de la Bretagne alors que les publications ne manquent pas sur les îles, les maisons traditionnelles, le bocage, les ports ou les chapelles.

À l’heure où de nouvelles menaces planent sur les dernières landes, il importait d’en rendre la mémoire aux Bretons.

Les tableaux et les dessins de Lucien Pouëdras donnent à voir très concrètement ce que fut la vie des hommes associés aux landes tandis que François de Beaulieu propose une grande synthèse d’histoire environnementale qui est aussi un plaidoyer pour la sauvegarde d’un patrimoine exceptionnel.

Lucien Pouëdras est né en 1937 et il a commencé à peindre en 1971. Son oeuvre compte aujourd’hui plus de 330 tableaux consacrés à la vie quotidienne dans la campagne morbihannaise avant l’introduction de l’agriculture intensive.

François de Beaulieu est né en 1947 et il a enseigné du collège à l’université. Il a commencé à s’intéresser aux landes en 1976. Il a écrit une cinquantaine de livres essentiellement consacrés au patrimoine naturel et culturel de la Bretagne.

Sommaire:

La lumière des feux follets
Lucien Pouëdras au travail

Genèses
Le temps des pionniers
Le temps des colons
Nommer

Un paysage sous tutelle
La lande, un paysage pluriel
La lande, un paysage fragile
La lande au présent
L’année des landes
Petite flore des landes
Les bruyères et la callune
La palette des graminés
La fougère aigle
Le piment royal
Les deux asphodèles
Petites fleurs des landes
L’ajonc à presque tout faire
Du mariage au ménage
Loges à bon marché
Des écrivains dans les landes

La faune sauvage
Du côté des invertébrés
La vie compliquée des azurés
Deux araignées
Reptiles pas difficiles
Les busards
La double vie du courlis cendré
L’engoulevent, l’âme en peine des landes
La fauvette pitchou
Le tarier pâtre, étrépeur de landes
Grandeur et décadence du pipit farlouse
Le bruant jaune signe son oeuvre
Le crave à bec rouge au risque du tourisme
Incompensables
Chasser dans les landes

Pâturer
Moutons
Chèvres
Vaches
Chevaux
La pratique du pâturage
La place des prairies
Loups

Dans l’ajonc tout est bon
Les trois ajoncs
L’agrosystème «ajonc»
Semer l’ajonc
L’ajonc fourrage
Peaux de chèvre et sac de toile
L’ajonc à tout faire
La légende du coupeur d’ajonc
L’ajonc refuge
Les bons fumiers bretons
Le coupeur de lande
La fauche aujourd’hui
L’Europe des landes

Faucher, étréper, mottoyer
Les étrèpes
Les mottes et leurs usages
L’étrépage en question
La petite fabrique de l’imaginaire

Écobuer
L’écobuage à sept temps
Le lieu et le moment
Faire des mottes
Les fourneaux
Préparer le sol
Les coûts et les gains
La fin de l’écobuage
La dimension sociale
Les champions de l’Arrée
Les danseurs du Trégor
Un agrosystème invisible
Écobuage ou étrépage ?
Incendies

Défricher
Des témoignages anciens
Le temps des afféagements
Le temps des évaluations
Le temps des luttes
Le temps des puissants
Le temps des partages
Défrichements sans retour
Une lutte idéologique
Liberté, égalité, propriété…
Ultimes batailles
Éloge des communs
Les grandes expériences
Le général défricheur
L’agro nome défricheur
La princesse défricheuse
Les aristocrates défricheurs
Les relais
Les conditions de l’évolution
Le dernier assaut
Où sont passées les landes ?
Résineux

Un avenir pour les landes
Un réseau de sites à protéger
Besoin de landes
Des artistes dans les landes

Bibliographie
Index des tableaux

X